La Seugne

Son parcours hydrographique

La Seugne prend sa source sur la commune de Montlieu-la-Garde, en Charente-Maritime, puis après un parcours d’environ 80 km, se jette dans la Charente, en amont de Saintes. Elle est l’un des principaux affluents rive gauche de la Charente.

Sur la partie terminale, la Seugne se subdivise en de nombreux bras et forme un delta avec la Charente.

La Seugne possède de nombreux affluents, dont les plus importants sont le Trèfle (en rive droite) et la Maine (en rive gauche), qui confluent tous deux entre Saint-Grégoire-d’Ardennes et Mosnac.

L’occupation du sol

Il y a un important contraste entre la Seugne amont et la Seugne aval. En effet, l’occupation du sol est majoritairement agricole avec des terres arables et des grandes cultures sur la partie amont. La partie médiane est plus concernée par la viticulture, mais également par la grande culture et les peupleraies. La partie aval est majoritairement constituée de prairies, de boisements alluviaux aux abords du cours d’eau et de grandes cultures sur les versants.

Le classement de la Seugne au regard des aspects piscicoles

Ce cours d’eau est classé 2ème catégorie piscicole (cours d’eau à Cyprinidés). De plus, il est classé en Liste 1 du « décret frayères » (cours d’eau ayant des caractéristiques théoriques propices à certains poissons dont la reproduction dépend du substrat du fond). Les poissons ciblés sur le Trèfle sont : le Chabot, la Lamproie de Planer, la Lamproie de rivière, la Lamproie marine, la Truite et la Vandoise jusqu’à Jonzac, et pour la Vandoise seule de Jonzac à la confluence avec le Pharaon. Ce cours d’eau est également classé en Liste 2 du « décret frayères » (cours d’eau ayant des caractéristiques théoriques propices à certains poissons dont la reproduction dépend de plusieurs paramètres) pour le Brochet jusqu’à Jonzac.

Pour davantage d’informations sur les parcours piscicoles, consulter le site de la Fédération de Pêche de Charente-Maritime.

Par ailleurs, la Seugne est classée en Liste 1 du Code de l’Environnement (aucun nouvel obstacle à la continuité écologique ne doit être créé) et en Liste 2 du Code de l’Environnement (les obstacles à la continuité écologique doivent être gérés, aménagés ou supprimés) de Moulin neuf (Pons) jusqu’à la Charente pour l’Anguille, la Lamproie marine, la Truite de mer, la Vandoise et le Brochet.

Les espaces naturels

La Seugne est concernée par des espaces remarquables tels que deux sites Natura 2000 « Haute vallée de la Seugne en amont de Pons et affluents » (en amont de Pons) et « Moyenne vallée de la Charente, Seugnes et Coran » (en aval de Pons).
Elle est également concernée par deux ZNIEFF de type II « Haute vallée de la Seugne » et « Vallée de la Charente moyenne et Seugne », deux ZNIEFF de type I « Marais des breuils » et « Marais de l’Anglade », puis par une ZICO « Vallée de la Charente et de la Seugne (Cabariot – Pons/St Sever de Saintonge) » (de Pons à la confluence avec la Charente).

Les dysfonctionnements constatés

Lors du diagnostic de 2016, plusieurs dysfonctionnements ont été constatés :

  • Altérations du lit mineur : très forte altération sur la Seugne amont et altération plus modérée sur la Seugne moyenne, avec une dominance de faciès lentiques (plats et profonds) qui s’explique par la présence de nombreux moulins. La partie aval est plus préservée. Le colmatage est de plus en plus important de l’amont vers l’aval (notamment sur les bras secondaires et fossés latéraux de la basse Seugne) dû au piétinement par les bovins en aval du bassin. Il y a une présence de colmatage algal de Jonzac à Pons, qui s’atténue au fur et à mesure jusqu’à la Charente. Des tunnels de végétation et des zones de broussailles sont également présentes notamment sur le delta de la Seugne.
  • Altérations des berges et de la ripisylve : altération sur la Seugne amont et la Seugne aval avec une absence partielle de ripisylve. Altération des berges sur la Seugne amont et de façon plus ponctuelle sur la Seugne moyenne.
  • Altérations des annexes et du lit majeur : très forte altération sur la Seugne amont : taux de mise en cultures des parcelles riveraines très important, populiculture, peu d’habitats riverains humides.
  • Altérations du débit sur la Seugne moyenne, en raison d’une pression quantitative, ainsi que sur la Seugne amont liées notamment aux caractéristiques géologiques (failles karstiques).
  • Altérations de la continuité écologique liée aux nombreux ouvrages hydrauliques.
  • Altérations de la ligne d’eau : important linéaire sous l’influence d’ouvrages.
Entités de la Seugne
Seugne amont
Seugne moyenne
Seugne aval
Haut de page
Copier le lien